Les hôtels particuliers du secteur sauvegardé de Bayeux

Dans cet article, il ne sera pas question de la célèbre tapisserie de Bayeux narrant la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant grâce à sa victoire sur Harold en 1066 à Hastings, ni de la (superbe) cathédrale de la ville mais d’un sujet bien plus vaste. Bayeux et une petite ville du Calvados qui a miraculeusement échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale. De ce fait, le centre historique de la ville présente un environnement architectural préservé et surtout, superbement mis en valeur, grâce à des restaurations respectueuses. Et les hôtels particuliers s’y comptent par dizaines. Certains sont secrets, on ne peut en voir que la façade donnant sur l’espace public, d’autres se dévoilent un peu plus.

Rue Quincangrogne, au cœur du secteur sauvegardé.

Rue Quincangrogne, au cœur du secteur sauvegardé.

 

C’est donc à une balade au cœur du centre historique de Bayeux que je vous invite aujourd’hui pour découvrir quelques-uns de ces hôtels qui participent au charme de la ville.

Tout d’abord, je vous rappelle brièvement ce qu’est un secteur sauvegardé. Selon le code de l’urbanisme (art. L. 313-1) : il s’agit d’un périmètre (qui correspond le plus souvent aux limites du centre historique d’une ville), où l’environnement qu’il soit bâti (intérieurs et extérieurs) ou non (paysager) est protégé en raison de son « caractère historique, esthétique ou de nature à justifier la conservation, la restauration et la mise en valeur de tout ou partie d’un ensemble».

La création du secteur sauvegardé de la ville de Bayeux, qui couvre une surface de 81 hectares, a été approuvée le 8 juillet 1987.

Plan du secteur sauvegardé de la ville de Bayeux :Carte-du-secteur-sauvegarde-de-Bayeux_large

À l’origine, un hôtel particulier était conçu pour abriter un seul propriétaire et sa famille ainsi que son personnel. Ils sont le reflet du statut social (et donc de la richesse) de leurs commanditaires. À Bayeux, les datations de ces hôtels sont variées et on en trouve de toutes les époques depuis le XIVe siècle jusqu’au XVIIIe siècle. La plupart appartiennent toujours à des propriétaires privés et ne sont pas accessibles au public.

Le plus ancien et l’un des plus connu est situé à deux pas de la cathédrale, au numéro 4 de la Grand’rue. C’est le grand hôtel d’Argouges, aussi appelé Maison François Ier. Il est daté de la seconde moitié du XVe siècle, à une époque où l’usage du pan de bois commence à disparaître au profit de la pierre pour les demeures importantes.

Façade du grand hôtel d'Argouges

Façade du grand hôtel d’Argouges

Un peu plus loin, aux 60 et 62 de la rue de Saint-Malo, se trouve un autre hôtel appartenant à la même famille d’Argouges. C’est celui d’Argouges-Gratot, daté lui du XVIe siècle et est entièrement en pierre. On peut en admirer certaines ouvertures Renaissance.

Base de la tour et fenêtres Renaissance de l'hôtel d'Argouges-Gratot.

Base de la tour et fenêtres Renaissance de l’hôtel d’Argouges-Gratot.

La façade classique et parfaitement symétrique de l’hôtel de Castilly, situé au 8 à 16 rue du Général-de-Dais, est typique du XVIIIe siècle.

Façade de l'hôtel de Castilly.

Façade de l’hôtel de Castilly.

Et pour le plaisir des yeux, quelques autres de ces demeures :

Tour de l'hôtel de Sainte Croix (XVIIIe siècle)

Tour de l’hôtel de Sainte Croix (XVIIIe siècle)

Le portail de l'hôtel de la maîtrise (XIVe, XVIe et XVIIIe siècle)

Le portail de l’hôtel de la maîtrise (XIVe, XVIe et XVIIIe siècle)

Le portail de l'hôtel Guérin de la Houssaye (XVIIe et XVIIIe siècle)

Le portail de l’hôtel Guérin de la Houssaye (XVIIe et XVIIIe siècle)

***

Cliquez sur la photo pour accéder à l'ensemble de la galerie des hôtels particuliers.

Cliquez sur la photo pour accéder à l’ensemble de la galerie des hôtels particuliers.

Secteur Sauvegardé

Cliquez sur la photo pour accéder à l’ensemble de la galerie du secteur sauvegardé.

Liens :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *