Château de la Roche-Guyon, Île de France, Val-d’Oise (95)

C’est sur les hauteurs d’un discret village francilien que se trouve le château de la Roche-Guyon. Ses origines remonteraient au XIIe siècle. Sa position stratégique lui permettait de contrôler les trafics fluvial et terrestre aux confins de la Normandie. En effet, en 1190, Philippe AUGUSTE a concédé aux seigneurs de la Roche, le privilège d’un péage sur toutes les marchandises naviguant entre Paris et Rouen, assurant ainsi leur fortune.

Le château de la Roche-Guyon

Le château de la Roche-Guyon

Le château bas, d’abord simple logis qui fut transformé en magnifique palais à la Renaissance et au XVIIe siècle, est relié au donjon médiéval par un long escalier qui nous emmène sur les hauteurs en passant au cœur de la roche (où se trouve un pigeonnier troglodyte). La vue sur la vallée est époustouflante et les efforts fournis pour la difficile ascension sont largement récompensés à la fin de celle-ci.

Panorama

Panorama

À l’époque des Lumières, sous l’impulsion de son propriétaire, le duc de la Rochefoucauld et de sa fille la duchesse d’Enville, l’édifice fut un haut lieu de l’Humanisme. Par la suite, il vit passer des hôtes illustres parmi lesquels figurent CONDORCET, JEFFERSON, LAMARTINE et HUGO. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il servit de quartier général à ROMEL. Il en garde d’ailleurs des traces, et pas des moindres, au travers les casemates creusées à même la roche.

Casemates

Casemates

En bordure de Seine, le potager a été restauré selon les plans de l’époque.

Le jardin potager

Le jardin potager

Cliquez sur la photo pour accéder à l'ensemble de la galerie.

Cliquez sur la photo pour accéder à l’ensemble de la galerie.

EPCC du château de la Roche-Guyon – 1 rue de l’Audience 95780 La Roche-Guyon – 01.34.79.74.42

Bibliographie :

  • Christophe LEFÉBURE, De Paris au havre, Au fil de la Seine, 90 sites incontournables, Éditions Ouest-France, Rennes, 2013
  • Le château de la Roche-Guyon, Éditions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, Paris, 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *