Église Santa Maria della Spina, Pise, Toscane (Italie)

Sur la rive gauche de l’Arno, au centre de Pise à deux pas du Ponte Solferino sur le Longarno Bambacorti, se dresse une petite église gothique. À l’origine, il s’agissait d’un simple oratoire érigé en 1230. Il fut reconstruit vers 1322-1326 à l’initiative de la famille des Gualandi par l’architecte contremaître Lupo di Francesco et s’appela alors Santa Maria di Pontenovo. Le nom de spina (épine) lui fut préféré quand une épine dite de la couronne du Christ y fut apportée (et de laquelle elle tient également son aspect extérieur hérissé). Elle est un exemple remarquable du style gothique pisan.

Santa Maria della Spina

Santa Maria della Spina

De plan rectangulaire, l’extérieur est intégralement composé de marbre en bande polychrome et est marqué par des colonnes, des rosaces et des statues composées par les principaux artistes pisans du XIVe siècle (dont Lupo di Francesco, Andrea Pisano, Nino Pisano, Tommaso Pisano et Giovanni di Balduccio).

Santa Maria della Spina

La façade est composée de deux porches possédant des arches en linteau, décorées des statues de la Vierge à l’Enfant et deux anges attribués à Giovanni Pisano. Deux niches, dans la partie haute de la façade, hébergent les statues du Christ et de deux autres anges.

Façade

Façade

Le côté droit est également richement décoré, avec treize statues des Apôtres et du Christ, provenant de l’atelier de Lupo di Francesco. Les petites sculptures des saints et des anges, au-dessus du tympan, proviennent de l’atelier de Nino Pisano, tandis que la niche du pilier droit comporte une Vierge à l’Enfant de Giovanni di Balduccio.

Santa Maria della Spina

Le chevet possède trois arches rondes décorées de fenêtres simples. Le tympan est décoré avec les symboles des Évangélistes, séparés par des niches comportant les statues de saint Pierre, saint Paul et saint Jean-Baptiste.

En 1871, l’église fut démontée et reconstruite à un endroit plus élevé en raison des infiltrations et inondations causées par l’Arno, tout proche, qui la menaçaient. Cette opération entraîna toutefois de légers dommages à l’édifice.

Peu de sources disponibles sur internet pour cet édifice. Le guide de voyage « National Geographic – Florence, Toscane » de Tim JEPSON (2007) la mentionne tout juste. Je me suis donc exceptionnellement tournée vers Wikipédia qui offre une description de l’extérieur et reprend une partie des informations du site de la ville de Pise (en anglais). Sa fiche sur Structurae vous offrira quelques photographies supplémentaires (de l’extérieur uniquement).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *