Tour Saint André, Rouen, Seine-Maritime (76)

Située en plein cœur de Rouen, le long de la très passante rue Jeanne d’Arc et à deux pas du Théâtre des Arts, beaucoup se demandent pourtant ce que peut bien être cette tour isolée au milieu d’immeubles on ne peut plus contemporains. C’est un ancien clocher. Elle est tout ce qui reste de l’église Saint-André-de-la-Ville (appelée ainsi pour la distinguer de Saint-André-Hors-la-Ville qui se trouvait vers la place Cauchoise).

Intérieur de la tour Saint-André

D’abord appelé Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres à cause des forgerons qui habitaient le quartier. Ses origines remontent au moins à 1027 et elle était devenue église paroissiale en 1124. À cette époque, elle se trouvait alors dans les faubourgs de Rouen.

L’église fut ensuite reconstruite à partir de 1486 dans le style gothique alors en vogue : la nef est rebâtie en 1521, la tour construite de 1541 à 1546 et le grand portail a été achevé en 1556. Ma dédicace de l’édifice se fera pourtant bien avant la fin de sa reconstruction, en 1526.

Après cela, elle va connaître plusieurs épisodes fâcheux : en 1562, les Huguenots causent des dégâts à l’église. Le 25 juin 1683, c’est un ouragan qui endommage la tour qui sera réparée en 1701. Quatre-vingt-dix ans plus tard pourtant, l’église sera fermée au culte. Quelques mois plus tard, le 17 décembre 1791, l’église, le presbytère, le cimetière et les constructions entourant le chœur sont vendus comme biens nationaux pour quelques milliers de livres. L’église a ensuite servi de magasin, pendant que la tour accueillait l’atelier d’une fonderie de plomb de chasse. En 1867, elle connait une première restauration sans pour autant que la flèche octogonale qui la couronnait avant l’ouragan de 1683 ne soit remontée. Pour finir, en 1861, l’église est détruite pour permettre le percement de la rue de l’Impératrice, actuelle rue Jeanne d’Arc. Seule la tour est conservée et elle sera classée Monument Historique en 1958.

  • L’article très documenté sur Ebabylone duquel j’ai repris les informations (dates, etc.). Il propose d’ailleurs une petite bibliographie sur la tour.
  • Un article plus résumé sur le site Visite de Rouen mais qui propose quelques illustrations d’archives.
  • L’association P’tit Pat’ Rouennais est très impliquée pour la sauvegarde et la promotion de cet édifice et plusieurs articles lui sont consacrés sur le site : une inscription commémorant la dédicace de 1526 ; les premiers travaux de nettoyages ont été entrepris par la ville mais toujours, P’tit Pat’ veille et enfin, il avait été déjà possible de grimper en haut de la tour en décembre 2009 .

Actuellement, la Tour connait une nouvelle phase de travaux de restauration menés par la ville de Rouen qui vont permettre de la sécuriser et, nous pouvons l’espérer, permettre aux rouennais de la découvrir d’ici quelques années sans sa balustrade de bois qui est là pour protéger les passants des éventuelles chutes de pierres. Les gardes-corps de pierre situés à son sommet ont déjà été restaurés ainsi que les dernières marches de l’escalier qui permet d’y accéder. Quoi qu’il en soit, c’est encourageant de voir que la ville ne délaisse pas complètement son patrimoine, car, avant même d’être une vitrine importante pour son tourisme, c’est aussi de la mémoire collective qu’il s’agit.     

Cliquez sur la photo pour voir l’ensemble de la galerie.

2 Replies to “Tour Saint André, Rouen, Seine-Maritime (76)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *